Une nouvelle enquête indique que la diaspora libanaise a été affectée par l’explosion de Beyrouth

Le Devoir | LaPresse

English العربية

Attention: contenu descriptif sur le thème de l’explosion du port de Beyrouth qui pourrait déranger certains lecteurs. La discrétion du lecteur est avisée.

Une nouvelle étude indique que l’explosion du port de Beyrouth a gravement affecté la santé mentale de la diaspora libanaise qui est en état d’anxiété, de dépression et de trouble de stress post-traumatique (TSPT).

Gaëlle Rached, investigatrice de l’étude, a déclaré à Medscape Medical News : “Tout le monde, ainsi que les médecins doivent être plus sensible envers les émigrants qui les entourent ; nous devons prendre soin d’eux surtout que leur patrie fait face à un événement traumatique”.

Les résultats de l’enquête ont été présentés lors de la réunion annuelle de l’American Psychiatric Association (APA) de 2022.

Selon Rached, les traumatismes liés à la diaspora libanaise sont peu étudiés. Sa déclaration a été faite après qu’elle et ses collègues aient utilisé les réseaux sociaux pour promouvoir l’enquête. Elle a été surprise par le niveau de culpabilité des survivants et d’autres facteurs que la diaspora libanaise endurait.

Olivier Jean, La Presse

L’enquête était menée sur 670 adultes de nationalité libanaise qui ont côché la liste de contrôle des symptômes de Hopkins (HSCL), qui permet d’évaluer les niveaux d’anxiété et de dépression.

Il a été constaté que 41,2 % des participants ont obtenu un score supérieur au seuil. “Le fait d’être plus jeune, d’être une femme et d’avoir visité le Liban au moment de l’explosion est un facteur associé à des scores HSCL plus élevés”, indique Medscape Medical News.

Il est intéressant de noter que le temps écoulé depuis que la diaspora interrogée a émigré du Liban n’a pas eu d’incidence sur les résultats. “Nos résultats montrent que, quelle que soit la durée de l’absence, les résultats négatifs sont les mêmes”, a déclaré M. Rached.

Sur l’ensemble des participants, 268 ont vécu l’explosion et/ou ont des parents qui l’ont vécue.

6 personnes sont toujours portées disparues depuis l'explosion de Beyrouth
The Washington Post/Lorenzo Tugnoli

Ces membres de la diaspora ont ensuite rempli la liste de contrôle post-traumatique du DSM-5 (PCL-5), qui a montré que 57,5 % des personnes interrogées ont obtenu un score supérieur à 33, soit un score plus élevé que le seuil du SSPT.

Les résultats ont montré que la santé mentale des personnes vivant à l’étranger peut être affectée par les incidents qui se produisent dans leur pays d’origine, même si elles ne les ont pas vécus ou observés de près ou en personne.

Global News | Phil Carpenter

Embrace Lebanon a récemment lancé des séances de thérapie individuelle en ligne pour les Libanais (ou les personnes qui parlent arabe) à l’étranger. Cette ONG fournit des services de psychiatrie et de psychothérapie de haut niveau à ceux qui ont du mal à interagir avec les thérapeutes locaux dans le monde entier.

*Les images sont utilisées à des fins d’illustration uniquement.

Si vous, ou quelqu’un de votre entourage, avez besoin de parler à quelqu’un, n’hésitez pas à contacter l’équipe d’Embrace au 1564.

English العربية