L’histoire de l’enlèvement d’un président de l’AUB et de l’assassinat d’un autre

National Review | AP

English العربية

En raison de son affiliation directe aux États-Unis, l’Université américaine de Beyrouth (AUB) était une cible principale pour les activités hostiles au Liban durant la guerre civile.

L’un des incidents s’est produit entre 1982 et 1984, lorsqu’un président de l’AUB a été enlevé et un autre tué.

L’enlèvement de David S. Dodge

David Stuart Dodge était un éducateur américain né à Beyrouth, ainsi qu’un homme politique et un ancien membre de l’OSS (Office of Strategic Services) de la Seconde Guerre mondiale. Le soir du lundi 19 juillet 1982, alors qu’il rentrait chez lui, deux hommes l’ont kidnappé sous la menace d’une arme en plein milieu du campus de l’AUB.

Le sexagénaire a été détenu au Liban pour peu de temps avant que ses ravisseurs ne l’emmènent en Syrie à travers Baalbek.

Peu après, Dodge a été transporté par avion en Iran, où il a été emprisonné près de la capitale, Téhéran. Naturellement, cet événement a attiré l’attention des médias du monde entier, et des efforts diplomatiques ont immédiatement été déployés pour libérer l’otage.

Ce n’est qu’un an plus tard, le 24 juillet 1983, que David Dodge est libéré grâce à la médiation de la Syrie. Aucun motif n’a été donné pour son enlèvement.

Dodge a refusé de parler

Au moment de sa disparition, Dodge occupait le poste de président intérimaire de l’Université américaine de Beyrouth. Après sa libération, il a été directement transporté aux États-Unis, où il a été hospitalisé et interrogé ; il ne présentait aucun signe extérieur de problème de santé.

Cependant, l’éducateur a refusé de parler à propos de l’expérience qu’il a vécue pendant ses 12 mois de captivité.

“Je sais que beaucoup d’entre vous s’intéressent aux événements de ma vie au cours de l’année écoulée, mais je pense qu’il ne serait d’aucune utilité d’en discuter publiquement”, a déclaré Dodge à la presse.

La famille de David S. Dodge avait des liens solides avec l’Université américaine de Beyrouth. Son père, Bayard, et son grand-père maternel, Howard Bliss, ont tous deux été présidents de l’AUB.

De plus, son arrière-grand-père maternel, Daniel Bliss, a fondé l’Université américaine de Beyrouth en 1866. David était lui-même membre de la faculté de l’université depuis 1979 avant son enlèvement.

Il a occupé le poste de vice-président de l’administration entre 1979 et 1983, celui de président par intérim entre 1981 et 1982 et, près d’une décennie après sa libération, celui de président de l’Université américaine de Beyrouth (1996-1997) depuis le bureau de l’université à New York.

Le meurtre de Malcolm H. Kerr

J’ai une chance sur deux d’être assassiné.

Malcolm H. Kerr, quelques mois avant son assassinat

Le 18 janvier 1984, le professeur Malcolm H. Kerr, président de l’Université américaine de Beyrouth, sortait d’un ascenseur pour entrer dans son bureau, lorsque deux balles dans la tête l’ont tué sur le coup.

Il avait 53 ans lorsqu’il a été assassiné à Beyrouth, où il est né en 1931.

Malcolm Hooper Kerr est issu d’une famille américaine d’éducateurs et de membres du corps enseignant de l’AUB.

En tant que Jeune homme, Kerr a passé la plupart de son temps dans la capitale libanaise – principalement autour et sur le campus universitaire, où il a obtenu sa maîtrise en études arabes en 1955.

Il a ensuite déménagé aux États-Unis pour poursuivre un doctorat à l’université Johns Hopkins.

Après avoir terminé ses études, il est retourné à l’AUB au Liban, où il est devenu professeur assistant au département des sciences politiques en 1962.

À partir de ce moment-là, Malcolm H. Kerr et sa famille faisaient des allers-retours à Beyrouth presque chaque année, là où sa carrière le guidait.

Le secret de Kerr

En mars 1982, Kerr est devenu président de l’AUB ; un poste qu’il a d’abord occupé depuis le bureau de l’université à New York en raison de la guerre civile au Liban, avant de déménager à nouveau à Beyrouth en septembre de la même année.

Quatre mois plus tard, il a été assassiné sur le campus qu’il avait aimé toute sa vie. Après sa mort, l’organisation du Jihad islamique a publiquement révélé qu’il était responsable de l’assassinat.

Notamment, six mois avant d’être abattu, c’est-à-dire deux mois avant de quitter New York pour Beyrouth, Malcolm Kerr a assisté au mariage de sa fille, Susan, qui s’attendait à la mort de son père.

Selon The National, l’éminent professeur avait confié à sa fille qu’il s’attendait à avoir “une chance sur deux d’être supprimé”.

Cela était peut-être dû à sa franchise dans la critique des nombreuses parties et des nombreuses batailles au Moyen-Orient, avant et pendant son mandat en tant que président de l’AUB.

Néanmoins, comme pour l’enlèvement de David S. Dodge, les motifs directs de l’assassinat de Malcolm H. Kerr restent inconnus.

Les sombres histoires des présidents de l’AUB enlevés et tués font partie des nombreuses autres engendrées par la guerre civile.

English العربية